Food truck : comment choisir entre le gaz et l’électricité ?

Lorsque l’on ouvre un food truck, la question de l’alimentation en énergie arrive souvent bien vite. Que choisir entre le gaz et l’électricité ? Comment faire le bon choix en fonction de ses équipements et besoins ? Quels sont les avantages respectifs des deux solutions ? Antargaz fait le point.

L'électricité, un équipement de base

L’électricité est une source d’énergie « basique » pour un food truck. En effet, elle permet d’assurer l’éclairage du véhicule, de diffuser de la musique aux clients, de faire fonctionner des dispositifs de publicité (panneaux éclairés, spots…). De fait, la plupart des camions conçus pour vendre de la nourriture en itinérance disposent d’un circuit électrique et d’une prise en externe, que l’on peut relier aux prises installées dans l’espace public.
Dans le cas d’un camion aménagé traditionnel, l’alimentation des appareils électriques peut aussi être assurée par un groupe électrogène, au gaz ou à l’essence. Il s’agira d’ailleurs d’une solution recommandée pour les food trucks qui s’installent régulièrement dans des zones sans prises électriques en libre accès.

Le gaz, l'allié de l'efficacité

Pour la cuisson, la préparation et la conservation des aliments, de nombreux cuisiniers, y compris dans les food trucks, préfèrent disposer d’une alimentation en gaz. Il faut dire que cette dernière ne manque pas d’avantages :

  • une flamme bleue appréciée pour sa précision (feu doux, feu moyen…) et sa souplesse d’une puissance à une autre ;

  • une chaleur instantanée lorsqu’il s’agit de chauffer l’espace de travail ou de conserver des plats en attente de service ;

  • une production d’eau chaude sans attendre ;

  • un coût modéré.

> À lire aussi : Comment brancher sa bouteille de gaz ?

Informations :

Pour plus d’informations sur les offres de gaz en citerne, le GPL, l’achat ou l’utilisation de bouteilles de gaz, n’hésitez pas à contacter nos conseillers en ligne, en quelques clics.

Ce que dit la réglementation gaz pour un food truck

Le gaz semble être une solution particulièrement stratégique pour un food truck, et ce pour de nombreux usages. Toutefois, la règlementation encadre avec précision l’utilisation de cette source d'énergie. Voici ce qu’il faut savoir.

L'obligation de disposer d'un compartiment dédié

L’utilisation du gaz naturel dans un véhicule aménagé, comme un food truck, fait l’objet d’une réglementation. Celle-ci repose sur l’application de la norme NF EN 1949, laquelle peut être contrôlée par un organisme agréé comme Qualigaz ou Veritas.
En l’espèce, le premier impératif pour un food truck en termes de réglementation gaz est de disposer d’un compartiment dédié, aussi appelé « caisson étanche ». Il s’agit tout simplement de l’endroit où la bouteille de gaz sera installée. Ce caisson :

  • doit être en bon état (ne pas être endommagé, donc) ;

  • ne doit pas présenter d’éléments susceptibles de déclencher un incendie ;

  • doit être exempt de câbles non-isolés ou présentant une connexion ;

  • ne doit pas accueillir d’équipements électriques autres que ceux permettant l’alimentation en gaz ;

  • doit être accessible depuis l’extérieur.

La fixation des bouteilles et la tuyauterie

La fixation des bouteilles de gaz dans un food truck est également soumise à une réglementation. Toute bouteille installée dans un véhicule aménagé doit ainsi être fixée verticalement dans le caisson, en deux points, en haut et en bas. Le plus souvent, on conseillera de fabriquer un support pour le pied de la bouteille, afin d’éviter qu’elle ne glisse. Pour la partie supérieure, il existe des sangles adaptées – l’utilisation d’un tendeur est strictement interdite.
S’agissant de la tuyauterie, le circuit gaz d’un food truck doit être isolé et distinct de tout autre circuit, afin qu’il ne puisse être confondu avec d’autres éléments en circulation dans le véhicule. L’ensemble des raccordements, des flexibles et des robinets doivent être accessibles facilement en cas d’urgence : n’importe qui doit pouvoir les atteindre rapidement, sans outil. Enfin, les tuyaux cuivres sont assez fragiles. Leur emplacement doit être déterminé avec soin, de sorte qu’ils ne soient pas exposés à un risque mécanique.

> À lire aussi : Ma bouteille de gaz peut-elle geler ?