Comment faire des économies d'énergie dans l'industrie ?

En 2017, la consommation d’énergie de l’industrie représentait près de 19% de la consommation totale d’énergie en France. Troisième plus gros consommateur d’énergie, le secteur industriel doit donc continuer sur sa voie et poursuivre ses innovations en faveur des économies d’énergie. Quels sont les principaux leviers à activer pour une optimisation énergétique ?

Mener un audit énergétique

Première étape pour réaliser des économies d’énergie : analyser sa consommation énergétique. Cette analyse peut être réalisée en interne en confiant la tâche à une équipe dédiée qui disposera d’un guide de vérification énergétique. 
La solution la plus fiable est de confier l’audit énergétique à un energy manager. Poste phare dans la transition énergétique, l’energy manager – appelé autrefois responsable des utilités – est chargé de réduire la facture énergétique de l’entreprise. 
L’audit énergétique commence donc par déterminer les postes de consommation énergétique et mettre en lumière les défaillances à corriger pour assurer une meilleure efficacité énergétique. L’audit énergétique est obligatoire pour les entreprises disposant d’un effectif supérieur à 250 salariés, ou qui déclarent un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros.

Informations :

Pour plus d’informations sur les offres de gaz en citerne, le GPL, l’achat ou l’utilisation de bouteilles de gaz, n’hésitez pas à contacter nos conseillers en ligne, en quelques clics.

Opter pour une planification des machines

L’audit énergétique offre un aperçu de l’énergie consommée par les machines. Pour réaliser des économies importantes sur le coût de l’énergie, il est par exemple conseillé de faire fonctionner les machines les plus gourmandes en énergie pendant les heures creuses. Cette gestion peut être assurée par des logiciels qui planifieront la production en fonction des équipements.

Chauffage, ventilation et climatisation

Les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) représentent plus de la moitié de la consommation énergétique d’un bâtiment. Dans des bâtiments industriels aux volumes généreux, le chauffage et la ventilation sont en effet extrêmement énergivores.
Aérotherme à eau chaude, aérotherme à gaz, générateur d’air chaud au gaz ou déstratificateur d'air : quel que soit le système de chauffage, il est préconisé de maintenir une température située entre 16 °C et 19 °C pour les ateliers, et entre 19 °C et 21 °C pour les bureaux. Une vérification et un entretien réguliers du système CVC sont recommandés pour garantir son efficacité et diminuer la consommation d’énergie. 
> À lire aussi : Comment chauffer efficacement des locaux de grand volume ?

Vers une meilleure gestion des fluides

La production d’air comprimé est énergivore et donc très coûteuse. Généré par des compresseurs, l’air comprimé sert à son tour à piloter des actionneurs pneumatiques ou des vannes. Mais 90 % de l’énergie consommée par ces derniers est restituée sous forme de chaleur. Or, en diminuant la pression, il est possible de réaliser facilement des économies d’énergie. Une réduction de la pression est également recommandée pour l’utilisation de vapeur et d’eau glacée, afin de diminuer la consommation énergétique des machines.

L'éclairage

Un meilleur éclairage peut lui aussi permettre de réaliser des économies importantes en matière d’électricité. Pour son système d’éclairage, il est important de tenir compte des lampes à utiliser, des conditions d’éclairage ou encore des systèmes de contrôle appropriés. 
En intérieur, utilisez des lampes en fonction de vos besoins en jouant sur les intensités lumineuses et profitez au maximum de l’éclairage naturel près des fenêtres. Préférez les lampes fluorescentes, plus efficaces et plus durables que les lampes incandescentes. 
L’installation de détecteurs permet aussi de réduire les dépenses énergétiques puisque les lumières s’éteignent lorsqu’une pièce est vide. En extérieur, une photocellule permettra quant à elle d’éteindre automatiquement la lumière lorsqu’il fait jour. 
> À lire aussi : Comment souscrire un contrat d’électricité chez Antargaz ?

Récupérer la chaleur fatale

La chaleur fatale désigne la chaleur résiduelle provenant d’un procédé et non utilisée par ce dernier. Il s’agit donc de chaleur perdue. En France, en 2017, l’industrie présentait un potentiel de chaleur fatale de 109,5 TWh (source ADEME), soit plus d’un tiers de sa consommation combustible. 
Récupérer cette chaleur fatale permettrait de réaliser d’importantes économies d’énergie dans l’industrie. Parmi les équipements les plus énergivores figurent les séchoirs, les fours et les chaudières. La chaleur récupérée sur ces installations pourrait permettre d’améliorer l’efficacité énergétique des industriels, en réalisant des économies d’énergie et en réduisant leur impact environnemental. 
Avec les offres Primes énergie maîtrisée industrie, bénéficiez de solutions pour financer vos projets d’optimisation énergétique : réduire vos coûts de chauffage, améliorer le rendement de votre combustion ou l’efficacité de vos réseaux de vapeur et d’eau chaude, par exemple.