Changement de fenêtres : quelles aides possibles ?

Une hausse de 15 % sur sa facture d’énergie, ce n’est pas négligeable. C’est pourtant ce qui arrive aux maisons dont les fenêtres sont mal isolées. Pour remédier à ce problème, la solution est de procéder à un changement de ses fenêtres et d’opter au minimum pour du double vitrage. Dans le cadre d’une politique de rénovation et d’efficacité énergétique mise en place par les autorités, de nombreuses aides sont proposées. Focus sur les différentes aides possibles.

Le label RGE : un indispensable pour bénéficier d’aides financières

Instauré en 2011, le label RGE est essentiel pour obtenir n’importe quelle aide. Dans le cadre de l’éco-conditionnalité initiée le 1er juillet 2014, ce label permet de reconnaître les professionnels qualifiés pour les travaux de rénovation énergétique. C’est un de gage de qualité et de reconnaissance de leurs compétences auprès de l'État. 
Depuis 2020, il est obligatoire de faire appel à un professionnel RGE pour ses travaux de rénovation énergétique. Quelles aides peut-on donc demander lorsque l’on prévoit de faire ce type de travaux ?

Le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique

Le CITE est probablement l’aide la plus répandue. Ce crédit d’impôt est un dispositif fiscal qui réduit l’impôt sur le revenu des personnes qui ont pour projet de faire des travaux de rénovation énergétique sur leur logement. Ce crédit est calculé sur la base d’un forfait selon le type de travaux et est plafonné à 2 400 € pour une personne seule et 4 800 € pour un couple. 
Alors, qui peut profiter de ce cadeau fiscal ? En 2020, le CITE est uniquement réservé aux propriétaires qui réalisent des travaux de rénovation énergétique dans leur résidence principale. Le changement de fenêtre rentre donc dans ce cadre. Cette résidence peut aussi bien être une maison individuelle qu’un appartement. La seule condition est qu’elle doit être achevée depuis au moins 2 ans. 
Seulement, à partir de l’année prochaine, le CITE va être supprimé au profit d’une nouvelle aide.

Le programme « Habiter Mieux Sérénité »

Ce programme a été initié par L’Anah, l’Agence Nationale pour L'Amélioration de l’Habitat. Il offre une aide de plusieurs milliers d’euros aux propriétaires qui occupent leurs habitations. Cette aide a pour but de financer des travaux de rénovation énergétique, incluant donc le changement de fenêtres. 
Le montant de cette aide varie selon le niveau de ressources des propriétaires et est situé entre 7 000 et 10 000 €. À l’heure actuelle, elle ne concerne que les logements anciens de plus de 15 ans et qui n’ont bénéficié d’aucune aide de l'État dans les 5 dernières années.

À lire aussi : Aides financières et économies d'énergie

Informations :

Pour plus d’informations sur les offres de gaz en citerne, le GPL, l’achat ou l’utilisation de bouteilles de gaz, n’hésitez pas à contacter nos conseillers en ligne, en quelques clics.

MaPrimeRénov

Mis en place le 1er janvier 2020, ce tout nouveau dispositif d’aide va remplacer les deux autres précédents que sont le CITE et le programme « Habiter Mieux Agilité ». Versée aussi par l’Anah, cette aide est, pour cette année uniquement, adressée aux propriétaires aux revenus les plus modestes. Mais l’année prochaine, elle s’ouvrira à tous les ménages (propriétaires bailleurs et syndicats de copropriété compris). Seules les personnes les plus aisées (les déciles 9 et 10 de revenus) ne pourront en profiter. 
Concrètement, cette aide est sous forme de prime et est plafonnée à hauteur de 20 000 €. Elle est possible pour des travaux d’une durée maximale de 5 ans. Durée amplement suffisante pour un changement de fenêtres.

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt est, comme son nom l’indique, un prêt sans intérêt destiné à la rénovation énergétique. Le changement des fenêtres rentre également dans ce cadre-là. Ce prêt est, quant à lui, plafonné selon le nombre de travaux. Si le ménage effectue 2 travaux, le prêt est fixé à 20 000 €. S’il y en a 3 voire plus, il est fixé à 30 000 €. 
Quelles conditions pour y souscrire ? Pour profiter de ce prêt, le logement (maison ou appartement) doit avoir été acheté avant le 1er janvier 1990. Il n’est d’ailleurs pas possible de cumuler ces prêts à taux zéro mais il peut être cumulé avec le CITE (avant sa disparition).

La TVA à 5,5 %

Pour inciter les propriétaires à rénover leurs vieux logements, l'État a décidé de donner un petit coup de pouce en modifiant la TVA. Initialement de 20 %, le taux de TVA a été abaissé à 5,5 % pour des travaux de rénovation énergétique. 
Les propriétaires occupants, locataires ou même les sociétés civiles peuvent profiter de cette réduction de taxes. Pour cela, le logement, résidence principale ou secondaire, doit être terminé depuis plus de 2 ans.

La Prime Énergie des fournisseurs d’énergie

Le Certification d'Économie d'Énergie est un échange tripartite de bons procédés. D’un côté, les Fournisseurs d'énergie (EDF, Engie, Total Direct Energie, etc.) incitent les propriétaires comme les locataires à réaliser des travaux de rénovation énergétique. D’un autre côté, ces mêmes fournisseurs obtiennent des certificats, prouvant à l'État leur politique d’incitation aux économies d’énergie auprès de leurs consommateurs. 
Ces dispositifs peuvent prendre la forme de plusieurs aides : diagnostics, mise à disposition d’un réseau d’artisans RGE, remises sur factures, etc. Elles ont l'avantage de faire office de complément à différentes aides fiscales ou prêts souscrits.

> À lire aussi : Primes Énergie Maîtrisée : rénovez à moindre coût !