Le vrai coût d’un changement de fournisseur de gaz naturel

Depuis 2007 et l’ouverture à la concurrence du marché du gaz, il est très simple de changer de fournisseur de gaz naturel. Mieux : les coûts sont, sinon inexistants, pour le moins limités, notamment parce que cette démarche n’impose ni de changer de compteur ni de rompre un engagement contractuel sur une longue durée restant à courir. Explications.

Les règles d'un marché où la concurrence est ouverte

Près de 15 ans après l’ouverture à la concurrence du marché du gaz naturel, le fournisseur historique GDF-Suez, devenu Engie, n’est plus le seul à pouvoir commercialiser des offres de gaz naturel. Faire jouer la concurrence entre les entreprises du secteur permet donc d’économiser sur son budget énergétique. Parfois, ce sont même plusieurs centaines d’euros de gains qui peuvent être dégagés !
L’ouverture à la concurrence s’est accompagnée de nouvelles règles, à l’avantage des consommateurs, qui leur garantissent de ne pas avoir à payer de frais de résiliations ou à avancer de l’argent avant le début d’une relation commerciale. Ainsi :

  • les contrats signés sont désormais sans engagement ;

  • il n’y a pas de délai à respecter pour changer de fournisseur ;

  • le compteur de gaz reste le même, tout comme le distributeur (GRDF), il ne peut donc pas y avoir de frais de mise en service ou d’accès au réseau.

Pas de frais de résiliation, mais...

De fait, vous êtes libre de changer de fournisseur de gaz naturel, et ce, sans avoir à payer de pénalités ou d’indemnités. Le seul coût à prévoir est celui lié à la régularisation de vos factures par rapport à vos consommations réelles, car les mensualités de gaz naturel sont souvent lissées sur l’année. Ainsi, en janvier, vous payez « peu » par rapport à vos consommations (parce que vous devez vous chauffer), et en août, vous payez « beaucoup » par rapport à vos besoins réels en gaz naturel (vous pouvez même ne rien consommer du tout si votre eau chaude sanitaire est générée par un ballon d’eau chaude électrique et si vous cuisinez avec des plaques électriques).

En fonction du moment où vous rompez votre contrat, vous pourriez donc avoir réglé moins que ce que vous avez consommé. Dans ce cas, vous auriez des frais au moment de régulariser les sommes dues.

> À lire aussi : Comment dissimuler ses radiateurs ?

Pour plus d’informations sur les offres de gaz en citerne, le GPL, l’achat ou l’utilisation de bouteilles de gaz, n’hésitez pas à contacter nos conseillers en ligne, en quelques clics.

Comment changer de fournisseur de gaz naturel ?

Vous restez dans le même logement et avez trouvé un fournisseur de gaz naturel moins cher ? Voici la marche à suivre.

 

Préparez toutes les informations requises

Pour mettre en service votre offre, votre nouveau fournisseur va avoir besoin d’informations. Il s’agit notamment :

  • de l’adresse précise du logement, avec toutes les informations permettant d’identifier le compteur de gaz (idéalement, il faut disposer du numéro de PCE – Point de Comptage et d'Estimation), composé de 14 chiffres et constituant l’identifiant unique de l’appareil) ;

  • d’un RIB, pour le paiement des mensualités par prélèvement automatique ;

  • d’un relevé du compteur, déterminant à partir de quel moment le contrat débute.

La signature du contrat

Une fois toutes ces informations réunies, vous pouvez entrer en contact avec votre nouveau fournisseur. Il vous soumettra une proposition de contrat de fourniture de gaz naturel. Rappelons que si vous restez dans le même logement et que celui-ci est raccordé au gaz, aucun déplacement de technicien ne sera nécessaire et donc, aucune facturation !

 

La résiliation du contrat précédent

Que vous quittiez le fournisseur historique ou l’un des nouveaux entrants sur le marché, pas de panique : c’est votre nouveau fournisseur qui se charge de toutes les démarches de résiliation – il est même important de ne pas le faire vous-même pour ne pas entraîner de coupure, qui nécessiterait le déplacement (facturé) d’un technicien. Le changement est immédiat si vous le souhaitez, et dans tous les cas, sans interruption.

Votre fournisseur précédent vous fera alors parvenir la fameuse facture de régularisation. Elle peut être à votre avantage (il vous doit de l’argent – ce sera par exemple le cas pour un changement de fournisseur avant le début de l’hiver) ou à votre désavantage (le plus souvent, après un hiver rude).

> À lire aussi : Mesures de sécurité des installations au gaz : zoom sur l'arrêté du 23 février 2018