Interdiction du chauffage au gaz : qu'en est-il vraiment ?

L’arrivée de la RE2020 (Réglementation environnementale 2020) a suscité de nombreuses discussions et questions parmi les acteurs du monde de l’énergie, mais aussi chez les consommateurs de gaz. Parmi les différentes annonces ayant circulé, l’interdiction du gaz dans les habitations a beaucoup fait parler d’elle. Mais cette information est-elle bien fondée ? Le gaz naturel a-t-il vraiment dit son dernier mot ? Démêlons le vrai du faux.

Est-ce que le gaz est interdit dans toutes les maisons individuelles ?

Les objectifs de la RE2020 sont ambitieux. Parmi les plus importants figurent la réduction :

  • de la consommation énergétique dans les bâtiments neufs ;

  • des émissions de gaz à effet de serre.

Cela se traduit notamment par un abaissement significatif du niveau autorisé d’émissions de gaz à effet de serre. À partir de 2022, le nouveau niveau attendu en maison individuelle sera de 4 kg de CO2/m2/an.

Ce changement ne veut toutefois pas dire que le gaz est voué à disparaître. Bien au contraire. Le gaz a tout à fait sa place dans le mix énergétique des bâtiments et dans la transition énergétique. Il s’agit d’une énergie : 

  • performante ;

  • disponible sur tout le territoire ; 

  • ayant la capacité à répondre aux besoins en chauffage, sans discontinuation de l’offre. 

Ce niveau de fiabilité n’est pas encore optimal avec l’ensemble des énergies renouvelables ou avec d’autres énergies de chauffage, comme l’électricité. Pour cette dernière en particulier, les réseaux peuvent être mis à rude épreuve en période de pic de chauffage. On notera aussi le prix attractif du gaz naturel ou du gaz propane. Cette énergie est toujours moins chère que l’électricité et a un pouvoir calorifique supérieur à celui du fioul ou du bois.

En résumé, le gaz ne tire pas sa révérence dans les maisons individuelles. Il ne pourra pas être utilisé de manière exclusive mais sera intégré dans une offre multi-énergies. L’une des pistes à envisager lorsque l’on songe à effectuer des travaux de rénovation énergétique est la pompe à chaleur hybride gaz, qui combine pompe à chaleur et chaudière à condensation.

> À lire aussi : Le gaz naturel : une énergie d'avenir

Pour plus d’informations sur les offres de gaz en citerne, le GPL, l’achat ou l’utilisation de bouteilles de gaz, n’hésitez pas à contacter nos conseillers en ligne, en quelques clics.

Est-ce que les logements collectifs peuvent encore utiliser du gaz ?

Comme pour les maisons individuelles, le chauffage gaz ne va pas être interdit dans les logements collectifs. Il faudra là encore créer un mix énergétique faisant la part belle à des énergies vertes. Le gaz s’inscrit comme solution complémentaire.

> À lire aussi : Réglementation environnementale : quel avenir pour le chauffage au gaz dans les logements collectifs ?

Qu'en est-il de "l'interdiction" des chaudières gaz dans les logements anciens ?

N’ayez crainte, les occupants de logements anciens équipés d’une chaudière gaz ne seront vraisemblablement pas forcés de se débarrasser de leur équipement de chauffage au gaz.

Au cours des dernières années, de nombreux ménages ont en effet profité d’aides financières et fiscales pour investir dans des chaudières gaz performantes, comme des chaudières gaz basse température, des chaudières à condensation gaz (classiques puis de plus en plus à haute performance énergétique).

Il n’est pas forcément rentable de changer d’équipement de manière prématurée. Vous pouvez donc continuer à utiliser votre chaudière performante, mais en cherchant des solutions complémentaires pour réduire votre impact environnemental, comme des travaux d’isolation, l’intégration d’une énergie renouvelable comme le solaire, etc.

Peut-on quand même réparer sa chaudière gaz ?

Dans la mesure où il n’y a pas d’interdiction portant sur les chaudières gaz, vous pouvez tout à fait faire réparer votre chaudière gaz lorsqu’elle présente un dysfonctionnement. Une chaudière bien entretenue est une chaudière dont la durée de vie est optimisée et qui consomme moins de combustible.

Toutefois, si votre chaudière gaz est trop ancienne (plus de 15-20 ans), et que cela va de pair avec des pannes trop importantes et régulières, il peut être intéressant d’investir dans un nouvel équipement plus performant et moins énergivore. Il existe des chaudières hybrides fonctionnant en partie avec du gaz.

> À lire aussi : Pourquoi choisir le chauffage au gaz ?

Bon à savoir :

Il existe des aides financières pour l’acquisition d’équipements de chauffage performants, et notamment pour les chaudières à très haute performance énergétique (THPE). N’hésitez pas à vous renseigner pour savoir auxquelles vous êtes éligible.

Est-il possible d'utiliser d'autres types de gaz ?

Le gaz naturel et les gaz liquides ne sont pas près de disparaître mais ils vont petit à petit partager le marché avec des énergies vertes et notamment des gaz dit verts, comme le biométhane. Ce gaz est 100 % renouvelable et peut servir d'énergie de chauffage et de cuisson mais aussi comme carburant. Il fera partie des solutions qui contribueront à alléger l’impact environnemental des ménages de manière drastique.

> Visionnez l'interview de Laurence Broseta (Antargaz) par Stéphane Soumier (BE SMART)