Comment connaître le niveau de gaz restant dans une citerne ?

Connaître avec précision le niveau de gaz restant dans une citerne est impératif pour bien gérer ses consommations et ses commandes. Heureusement, il existe des outils permettant de prendre connaissance de cette information en un coup d’œil, et une réglementation qui aide à y voir plus clair, notamment lors du remplissage.

Ce que dit la réglementation

Le remplissage d’une cuve de gaz est encadré par la règle des 85-15. Celle-ci permet d’assurer l’approvisionnement de la citerne en toute sécurité.

100%... à 85%

Lorsqu’une cuve est remplie, elle est « chargée » de gaz à l’état liquide. Il passera en phase gazeuse lorsqu’il sera soutiré pour alimenter, par exemple, une chaudière. Cependant, le gaz peut aussi changer de forme, de façon marginale, en fonction de la température extérieure. En effet, plus il fait chaud, moins le gaz est liquide ; plus il fait froid, moins il se vaporise.
C’est pourquoi toutes les livraisons de gaz se limitent à un remplissage de la cuve à 85%. Les 15% restants, appelés « ciel gazeux » ou « nuage gazeux », vont permettre au gaz de se détendre (c’est-à-dire de passer de l’état liquide à l’état gazeux) en fonction de l’environnement dans lequel se trouve la citerne. Le ciel gazeux a aussi un rôle à jouer dans la sécurité de la cuve : il permet d’absorber une éventuelle erreur de livraison, qui causerait un sur-remplissage, laquelle serait dangereuse pour l’installation.

La facturation du gaz livré en cuve

La facturation est pour sa part calculée selon le litrage de gaz livré, en fonction d’un volucompteur (étalonné et contrôlé pour une fiabilité maximale) qui équipe le camion, et non selon ce qu’affiche la jauge de la citerne. C’est logique : le remplissage de la cuve dépend de la température du gaz livré à un instant T !
Ainsi, le poids de gaz livré, exprimé en kilogrammes, est calculé en multipliant les litres livrés par la masse volumique du propane (qui varie selon la température du gaz au moment de la livraison). Il convient donc, pour connaître le remplissage d’une cuve après une livraison et disposer d’un point de comparaison valable avec des livraisons précédentes, de vérifier à la fois le litrage et la masse volumique.

> À lire aussi : Citerne de gaz et réglementation : quelles distances de sécurité faut-il respecter ?

Bon à savoir :

Pour plus d’informations sur les offres de gaz en citerne, le GPL, l’achat ou l’utilisation de bouteilles de gaz, n’hésitez pas à contacter nos conseillers en ligne, en quelques clics.

Comment lire la jauge de remplissage d'une cuve ?

Après livraison de gaz, il faut suivre l’état de remplissage de la cuve, pour s’assurer de ne jamais tomber en panne. Pour cela, les citernes sont équipées d’une jauge magnétique de niveau.

Le fonctionnement de la jauge

Pour comprendre comment fonctionne l’appareil de contrôle des niveaux des citernes de gaz, enterrées ou non, il faut s’intéresser à son élément principal, le flotteur. Celui-ci est plongé dans le gaz liquide. Il va transmettre, via un mécanisme denté utilisant un système d’aimants, la valeur de remplissage à une jauge magnétique.
La jauge exprimera une valeur relative (puisque dépendant de la température extérieure) de la quantité de gaz qu’il reste à l’intérieur de la cuve. Ainsi :

  • Lorsque la jauge indique 85%, on considère que la cuve est pleine ;

  • L’hiver, lorsque la jauge indique moins de 30%, il vaut mieux passer une commande ;

  • L’été, lorsque la jauge passe sous les 20%, il est temps de prévoir un remplissage.

Bien lire une jauge de remplissage d'une citerne

De fait, en raison de l’influence de la température extérieure sur le volume occupé par le gaz, il n’est pas possible de connaître avec certitude la quantité de gaz présent dans la cuve. C’est pourquoi il est conseillé de considérer une marge de sécurité de 20% par rapport au niveau affiché par la jauge.
Cette marge permet de gérer avec plus d’efficacité les livraisons de gaz. Elle évite les pannes et les interruptions dans la fourniture d’énergie. C’est particulièrement vrai pendant l’hiver, lorsque les services logistiques, en raison d’un nombre de commandes plus important, peuvent être surchargés, et l’attente d’une livraison plus longue qu’en été.
Du reste, il est recommandé d’effectuer son remplissage lors de la période estivale, avant la saison de chauffe. Pourquoi ? D'une part, pour éviter les pannes dues à des délais de livraison trop importants, et d’autre part, pour bénéficier de tarifs plus intéressants (en raison d’une demande plus faible).

> À lire aussi : Comment vider votre citerne de gaz ?